Courir Méditation physique – Un OVNI dans la littérature de la course à pied

Courir longtemps, la meilleure façon de courir, courir pour les nuls, … la littérature de la course à pied se focalise bien souvent sur l’aspect physique ou physiologique de la pratique de ce sport. Mais à ma connaissance, peu d’auteurs ont abordé le running sous un angle philosophique. Guillaume Le Blanc, philosophe de son état et coureur assidu, a donc relevé ce challenge en nous offrant un ouvrage comprenant autant de récits que de kilomètres dans un marathon : 42. Ces derniers vous emmèneront de Spinoza à Guy Drut, de Marie Jo Perec à Freud.

Ainsi, lorsque les éditions Flammarion m’ont contacté dans le cadre de leur campagne de presse afin de me faire parvenir un exemplaire de cet ouvrage, ma curiosité de coureur bloggeur a de suite été piquée. En effet, le choix d’aborder le thème de la course à pied sous un angle méconnu et peu banal dans le secteur du running m’a beaucoup interpellé. D’ailleurs le titre suffit à lui seul à ce dire que nous ne sommes pas en possession d’un énième ouvrage traitant de l’entraînement : Courir, Méditations physiques. Cet ouvrage est clairement un OVNI dans les étales déjà bien fournies de la littérature du running.

 

Mes dernières interactions avec la philosophie remontent à mon année de terminal, autant dire une éternité. C'est avec ce faible bagage philosophique que je me suis lancé dans ce marathon littéraire. L’ouvrage m’a quelque peu dérouté car les récits sont vraiment disparates passant de paragraphes très pointus en terme philosophique, à des récits passionnants comme par exemple celui sur Abebe Bikila, Emil Zatopek ou les 2 anglais et les continents et des parties où j’avais l’impression que l’auteur mettait des mots sur moult ressentis par lesquels je passe lorsque je cours. Bref, un ouvrage à l’image d’un marathon qui vous fera passer par des phases de réflexion, d’euphorie et même d’abandon mais en tant que coureur, l’abandon n’est pas une option !

 

Courir Méditations physiques est donc un ouvrage atypique qui m’a encore une fois donné envie d’aller plus loin et d’en apprendre un peu plus sur son auteur Guillaume Le Blanc. Vous retrouverez donc très prochainement sur mon blog une interview qui nous permettra de mieux cerner ce philosophe marathonien.

 

Sportivement

 

Pierre



Écrire commentaire

Commentaires : 0