La Riviera Classic – Elle a vraiment tout d’une grande !

Peace & Sport in da place !
Peace & Sport in da place !

Par où commencer ce post et surtout comment ne pas tomber dans l’emphase la plus totale tant j’ai trouvé cette course exceptionnelle. Comme il faut bien commencer ce récit par un sujet, je vais commencer par mes sensations. Je ne me suis pas senti aussi bien sur une course depuis les 20km de Paris 2013. Quelque chose d’assez indescriptible où vous avez la sensation d’avoir des fourmis, que dis-je, du feu dans les jambes. Je souhaitais partir tranquillement mais je n’ai pas tenu. Moi qui suis un grand fan de côtes, j’ai été servi avec les 3km de la première en sortant de Vintimille. Et que dire de celle au bout de cette interminable et moribonde ligne droite de Menton au 15ième kilomètre. Je me suis mis à doubler tous ceux qui se trouvaient sur mon chemin comme un lapin de trois semaines qui débuterait la course à pied sans se soucier des kilomètres restants. Bref, je termine en trombe en 3’48 du kilomètre sur les 3 derniers. Bilan 1’38’’33 avec une honorable 45ième place à l’arrivée et un bon coup de soleil sur le front en prime. 

The real hill !
The real hill !
Magnifico !
Magnifico !
Une arrivée en trombe !
Une arrivée en trombe !

Assez parlé de moi et place à la vraie reine de cette matinée : La Riviera Classic. Déjà lors de l’inscription, ses arguments parlent pour elle. Trois pays traversés (Italie, France, Monaco) le tout en empruntant une route de corniche surplombant la méditerranéen avec une arrivée sur le port de Monaco. Ensuite, une gestion de l’événement à la hauteur de son statut de Queen. Grâce à un partenariat avec la SNCF, le transport était gratuit jusqu’à Vintimille pour les porteurs d’un dossard. Une fois sur place, vous pouviez laisser votre sac à l’organisation qui avait prévu un rapatriement sur Monaco. Pas de sas ou autres contraintes lors du départ, tout se déroule le plus aisément du monde (il est vrai que « seulement » 1200 coureurs étaient réunis sous l’oriflamme de départ). 

Une photo finish qui a de la gueule !
Une photo finish qui a de la gueule !

La FMA (l’organisateur de la course) avait aussi prévu de nombreux ravitaillements et éponges permettant de ne pas partir encombré d’un sac d’hydratation ou autres gels (une petite boisson isotonique sur la fin aurait fait son effet quand même). Et que dire de l’ambiance très chaleureuse et bon enfant tout au long du parcours. Et le tout pour seulement 25€... n’en jetez plus … vous avez la course parfaite… ou presque car je suis toujours un peu dubitatif de courir sur des distances non officielles (le parcours faisant 23,8km exactement). Il fallait bien une petite tâche sur ce tableau idyllique.

 

Mais vous l’aurez compris, j’ai été conquis par cette course que je vous recommande vivement. Un pur plaisir de course à pied !

 

Ah oui et je vous gardais le meilleur pour la fin !  la troisième mi-temps. Pas de douche, pas de repos. Une fois mes amis arrivés, direction la Brasserie la plus proche pour un combo salvateur Burger, Frite, Pinte (y a pas que les rugbymen, y a les runners aussi).

 

Très chère, see you next year ! 

 

Pierre


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Yvan Lagarrigue (mardi, 18 mars 2014 10:42)

    Salut Pierrot,

    très bon article sur la Classic qui va devenir pour toi une étape incontournable !

    Moi c'est la troisième et je m'en lasse pas, si ce n'est que sur cette dernière édition j'ai du piocher dans mes réserves physiques et mentales pour boucler les 23.8 kms !

    A bientôt sur la Riviera et bonne chance pour l'ECOTRAIL
    ++

    Yvan

  • #2

    Pierre (mercredi, 19 mars 2014 09:01)

    Merci Yvan, une superbe course c'est clair !
    et comme le disait un grand poète du 20ième siècle: I WILL BE BACK !