Hoka Interlac 2014 - le trail à l’état pur

J’ai participé le weekend dernier avec quelques amis bloggeurs et journalistes à la première édition de l’Interlac à Aix Les Bains. Un nouveau trail dans la calendrier de plus en plus chargé des courses natures offrant 3 épreuves. Un 77km, un 40km et un 17km. La marque bien connue des traileurs Hoka en était le sponsor officiel et à grandement contribué au succès de cette première édition. J’ai vraiment ressenti tout au long de ce weekend cette énergie et atmosphère si particulières que véhiculent les courses nature : la convivialité, la passion, la solidarité. 

Le cadre était donc planté pour un super weekend trail jusqu’au moment où notre ami Philippe nous fasse une bonne grosse frayeur le samedi midi. Alors que nous étions tous attablés, il nous a gratifié d’un malaise aussi spectaculaire que sa foulée. Une petite camionnette rouge est venue le chercher pour des examens complémentaires qui se sont avérés négatifs. Plus de peur que de mal donc mais pas de course pour notre Jahom.

Une fois remis de nos émotions nous avons partagé un repas très convivial en compagnie de toute l’équipe Hoka et surtout du très charismatique Jean Luc Diard (PDG de Hoka et ancien CEO de Salomon). S’en est suivi une après midi « à la cool » au sein du running expo monté pour l’occasion au bord du lac du Bourget et d’une présentation des nouveautés à venir chez Hoka et il semblerait que la marque souhaite sortir des sentiers alpins pour venir fouler le bitume avec des modèles prometteurs tels que la Clifton, affaire à suivre. Nous avons conclu cette journée par une Quinoa party avant d’aller retrouver nos lits car la journée du dimanche s’annonçait nettement plus sportive ! 

La team Hoka au complet
La team Hoka au complet

Comme je le disais dans le titre, ce fut du trail à l’état pur, celui que l’on imagine, que l’on rêve : de la montagne, des chemins magnifiques, des décors bucoliques, des traileurs solidaires, du dénivelé et des hectolitres de sueur ! mais avant de continuer ma narration, remettons les choses dans leur contexte, je reste un néophyte de la course nature et encore plus en montagne. Mes gambettes ne sont guères habituées à ce genre de terrain et mes yeux sont encore ceux d’un enfant arrivant pour la première fois à EuroDisney devant ces décors d’une nature majestueuse.

Le départ était donc donné à 9h prêt du Mont Revard qui constituera la seule mais grosse difficulté du parcours. La troupe Hoka est là, présente, prêt à en découdre avec les sentiers du massif des Bauges. Une petite pluie fine nous accompagne durant les premières minutes. Dès les premiers kilomètres je me suis senti hyper bien. Tous les paramètres aussi bien physiques que techniques sont au vert. Aucunes douleurs à signaler et les Hoka RapaNui me surprennent par leur comportement surtout dans les descentes et les terrains accidentés. Les kilomètres ainsi que les décors s’enchainent tous plus magnifiques les uns que les autres , malheureusement la météo en fait de même et je n’emploierais pas le terme de « magnifique » pour souligner cette grosse pluie que qui est venu nous doucher après le ravitaillement du kilomètre 17. 

1. Conquest 2.Huaka 3.Mafate Speed 4.Clifton
1. Conquest 2.Huaka 3.Mafate Speed 4.Clifton
Le parcours du 40km solo
Le parcours du 40km solo

Kilomètre 25 : Tout va donc pour le mieux dans la meilleure des courses jusqu’au moment où ce petit papy qui nous attendait à coté du panneau marqué « Arrivée 15km », me prévienne à juste titre : attention ça va descendre un peu après !!! ça devait être un régional de l’étape car « un peu » était un euphémisme pour moi qui ait l’habitude de dévaler les pentes abruptes des buttes chaumont ! 4km de descente technique qui ont sollicité mes pauvres quadriceps de néo-parigo comme jamais auparavant. Il va vraiment falloir que je travaille cette partie de mon anatomie. Et la sensation éprouvée lorsque je me suis retrouvé sur le plat était aussi étrange et douloureuse qu’une transition en triathlon. J’avais l’impression d’avoir deux pilonnes électriques en lieu et place de mes pauvres guiboles. 

Kilomètre 31, il m’en reste donc 9 à parcourir avant la délivrance. Je ne m’attarderai pas sur ces derniers kilomètres car franchement peu attrayant. Ils nous ont fait passer alternativement d’une zone industrielle à des lotissements pavillonnaires et longer une départementale. Bref du plat et du bitume, pas forcément ce que tu viens chercher dans ce genre d’événement.

Kilomètre 40 : l’arrivée s’effectue au Bourget Du Lac le long du lac, je franchis la ligne en 3h49min. Ravi de ma course et étonnement frais, je me déchausse et me met en short en une fraction de seconde ne pouvant résister à l’attrait de me jeter à l’eau !!! du bonheur. Je regarde ainsi planté dans l’eau pendant quelques minutes les concurrents arriver un à un, le temps de retrouver mes esprits. 

J.Chorié en guest star.
J.Chorié en guest star.

Je retrouve petit à petit toute la bande Hoka (Mathieu, Vincent, , Benoit, ...). Tout ce petit monde semble ravi de sa course et les commentaires sont unanimes sur le parcours : « du bonheur mais merde, font chier leurs 9 derniers kil !!! ». J’ajouterai aussi un point qui pourrait être amélioré pour la prochaine édition. En effet, un autre ravito n’aurait pas été de trop surtout après la grosse descente.

Coté équipement et comme je le disais plus haut, les RapaNui ont été de très bonnes compagnes de courses. Je reviendrai plus longuement sur ces dernières lors d’un vrai test mais je dois apporter à leur crédit un amorti exceptionnel qui m’a permis de bien gérer les aspérités du terrain et une empeigne qui a su garder mes petons au sec. Je signalerai simplement quelques échauffements surtout après la descente du fait d’une pointure trop importante et donc des pieds pas forcément toujours à leur aise dans ce grand espace. J’aurai aimé effectuer quelques sorties chaussé des RapaNui avant cette course, mais la logistique à ses raisons que le coureur ne connait pas  ;-)

 

Je ressors absolument enchanté de ce weekend où j’ai pu faire la rencontre de gens passionnés et passionnants et cerise sur le pudding terminer à une honorable 26ième position.

 

Une belle première donc - Longue vie à l'HIL ! 

 

PS: Merci à Vincent Gaudin pour ces photos prises au coeur de l'action


Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Timothée (jeudi, 24 juillet 2014 14:11)

    La vidéo arrive ;)
    Faut que je t'envoie ta photo avec Julien aussi !
    Bien récupéré sinon ?

  • #2

    Pierre (jeudi, 24 juillet 2014 14:34)

    Salut Tim,
    super bien récupéré. J'étais au Crossfit dès le surlendemain. J'attends la version finale avec impatience ;-)
    Et yes, si tu as la photo avec Julien je suis preneur.

    A+

  • #3

    Vincent (dimanche, 27 juillet 2014 00:31)

    Je crois que l'enchainement entre la descente technique un peu exigeante pour nous Parisiens et le long bitume nous a tous surpris. Par contre moi j'ai pas du tout pensé à me baigner en arrivant, pas assez frais je pense :)

  • #4

    Philippe (dimanche, 27 juillet 2014 18:21)

    J'enrage presque toujours autant d'avoir raté la balade ! Merci pour ce récit qui me l'a fait vivre par procuration ;)

  • #5

    Mathieu (mardi, 29 juillet 2014 11:43)

    Quelle perf ! Félicitations! Pour un néophyte, tu as cartonné, qu'est ce que cela donnerait si tu faisais que ça?
    Une belle balade en tout cas!!