Le marathon de Paris en 28 kilomètres !

Ce mollet qui ma stoppé
Ce mollet qui ma stoppé

Pas évident de se poser derrière mon PC et de prendre ma plume virtuelle pour narrer ma mésaventure de ce weekend. Pourtant la fête s’annonçait belle. La météo tout d’abord, avec un soleil radieux sur la capitale qui a accompagné les 41 000 finishers tout au long de ces 42 kilomètres. L’ambiance ensuite. Voir tous ces coureurs, voir tous ces amis réunis autour d’une même passion, je pense que je ne m’en lasserai jamais. Ma préparation enfin qui a été il est vrai un peu difficile du fait de mon agenda professionnel mais qui a été suivi avec assiduité. J’ai respecté le programme des étoiles du 8ième édicté par coach Gaillard avec sérieux même lors de mes déplacements à l’étranger. J’ai aussi pu bénéficier de l’apport de l’électrostimulation COMPEX pour enchaîner les séances et me renforcer musculairement. Bref j’étais prêt pour en découdre avec le macadam parisien. 

A quelques minutes du départ: la calme avant la tempête
A quelques minutes du départ: la calme avant la tempête

Le départ

Tout comme en 2013, je retrouve Philippe sur la ligne de départ. Et aussi Julien. J’avoue que j’ai un grand respect pour mes deux comparses car ils viennent à peine de boucler les 80km de l’écotrail et s’alignent sur le marathon 2 semaines plus tard ! Le top départ est donné à 8h47 pile. 

Jusqu'ici tout va bien
Jusqu'ici tout va bien

Mes 28 kilomètres de course

Je me sentais tellement bien durant les premiers kilomètres. Une certaine euphorie même. Je passe les 10 km en 40 minutes allègrement, je me sens bien et mes foulées sont vraiment légères. Le semi arrive et force est de constater que ma forme du jour est toujours là. Les 21km sont donc franchis en 1h26min et aucun signe de fatigue. 

 

Et là c’est le drame !

Arrivez dans les mini tunnels de la voie George Pompidou, je sens mon mollet gauche qui se raidit. J’imagine que cela doit être une petite douleur passagère. Que nenni, mon mollet me fait de plus en plus mal à tel point que je n’arrive bientôt plus à courir. Je me mets donc sur le côté, je vois le meneur d’allure des 3h me passer sous les yeux. Mais je dois dire que je suis tellement hagard que je ne réalise pas bien ce qui m’arrive. Je comprends toutefois assez rapidement que pour la première fois de ma vie je ne serais pas Finisher d’une course. Je rejoins donc en claudiquant le stand COMPEX afin d’attendre l’arrivée de mes coéquipiers et franchement il y avait du niveau dans cette team 2015 !!!

Alors y a-t-il une morale derrière tout cela ? 

Je n’ai pas encore bien digéré cet abandon mais je pense malheureusement que la blessure fait partie inhérente de la vie d’un coureur et qu’il faut savoir l’accepter. J’avoue que parfois en tant que sportif on se sent un peu invincible, comme si son corps était une machine. J’ai fréquemment eu des douleurs, quelques TFL mais jamais une blessure qui me stoppe en pleine course (en l’occurrence une petite déchirure du mollet). Donc depuis dimanche j’essaie de relativiser même si c’est la déception qui l’emporte. Je vais donc prendre le repos nécessaire pour me remettre sur pied, allez voir mon kiné et surtout rebondir en m’alignant sur une nouvelle course le plus rapidement possible. Pour terminer ce post, je vais tâcher d'être philosophe et de citer Nietzsche qui disait « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort ».

 

Un grand merci à l’équipe Compex pour leur professionnalisme et accompagnement sur cet événement et félicitations à tous les finishers de la team !

 

Sportivement

 

Pierre

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Rohnny (vendredi, 17 avril 2015 09:02)

    Je comprends ta déception et te souhaite du courage pour soigner le mollet.

  • #2

    Timothée (vendredi, 17 avril 2015 14:22)

    Y'en aura d'autres ;)
    Bon repos et guérison !

  • #3

    Clément (vendredi, 17 avril 2015 16:08)

    Un coureur doit passer par une blessure pour apprendre il parait. Je n'en suis pas vraiment sur.
    J'ai toujours eu un doute sur l'electro stimulation. Ne serait-elle pas un peu responsable par un sur-entrainement sans s'en apercevoir? Enfin si elle était utilisée sur les mollets.